Acouphènes... La solution

 

Les acouphènes correspondent la plupart du temps à des bruits de 10 à 30 décibels. Cependant, il arrive de façon beaucoup plus exceptionnelle qu'ils soient assimilables à des sons de 70 ou 80 décibels - une conversation normale se situe vers 55 décibels. Chez les personnes qui ne se sentent pas handicapées par leur acouphène, intervient un phénomène dit d'habituation : le cerveau filtre les informations parasites, de sorte que les « sons fantômes » se circonscrivent au niveau de l'inconscient. C'est le même mécanisme qui fait que nous n'avons pas l'attention attirée en permanence par le tic-tac d'une horloge ou le frottement de nos vêtements sur le corps.

 

Évaluation subjective

En fait, on distingue deux types d'acouphènes. Qualifiés d'« objectifs », les premiers sont très minoritaires (5% des cas peut-être). Muni de son stéthoscope, un médecin peut les entendre. Ils résultent habituellement d'une malformation vasculaire (on entend, par exemple, un souffle au niveau de la carotide) et, de ce fait, sont de caractère pulsatif, car synchronisés avec les battements cardiaques, ou appellent l'idée d'un chuintement (flux sanguin). « Pour supprimer de tels acouphènes, il faut apporter une solution à ce problème :  La Luminopuncture accompagnée de séances d'hypnose (pratique pouvant être réalisée à domicile). 

 

Pour la partie hypnose je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous pour commander puis télécharger les séances d'hypnose et en plus un cadeau de bienvenue. 

La majeure partie des acouphènes sont donc « subjectifs ». Liés à un dysfonctionnement de la voie auditive, ils ne sont perçus que par la personne qui en souffre. On les classe en deux grandes catégories. La première renferme les acouphènes qui découlent d'une augmentation de la fréquence des décharges de potentiels d'action au niveau de la cochlée (cellules ciliéesneurones). Autrement dit, l'oreille se met à envoyer des signaux qui ne répondent à aucun stimulus externe. La seconde catégorie, elle, est constituée des acouphènes dont l'origine première est une détérioration de l'acuité auditive, notamment en relation avec l'âge. Que se passe-t-il ? À la diminution de fonction de la voie auditive répondrait une réduction des inhibitions au niveau du cortex cérébral. Du moins, telle est l'hypothèse la plus probable. Cela suggère que le cerveau tenterait de compenser la perte auditive en augmentant son activité, ce qui générerait des « sons fantômes ».

acouphenes.png

Parmi les personnes souffrant d'acouphènes (environ 15% de la population), 10 à 20% seulement s'en plaignent et sont confrontées à une altération de leur qualité de vie. Dans ce cas, l'acouphène peut drainer dans son sillage une comorbidité sous la forme d'irritabilité, d'insomnies (et donc de fatigue), de troubles de la concentration, de dépression. « L'acouphène est parfois très mal vécu et a déjà conduit au suicide comme le démontre certains chiffres clés. Toutefois, chez le patient déprimé, il est quelquefois pris comme excuse à la dépression, alors que le problème est beaucoup plus profond. »

Seulement 70 €
Seulement 70 €

En complément de séances de Luminopuncture